11/09/2011

Commémoration de l'Armistice du 11 novembre ( ressources )


Jour férié en France

Le 11 novembre est un jour férié en France (jour du Souvenir depuis la loi du 24 octobre 1922)

Une cérémonie est dès lors organisée dans chaque commune. Des citoyens, associations et hommes politiques marchent en procession derrière la fanfare de cuivres jusqu'au monument aux morts.

Une fois le cortège devant, se déroule un véritable cérémonial : discours du maire, dépôt de gerbe, appel nominatif des morts, sonnerie aux morts, minute de silence

Cette commémoration voit à la fin du XXe siècle son caractère rassembleur et unitaire s'affaiblir en raison de la multiplication des commémorations et de la disparition progressive des témoins directs de la Grande Guerre


10 mots pour comprendre le 11 novembre

https://2.bp.blogspot.com/-IFIMtEWP458/Wgh43b3yTcI/AAAAAAAAkNk/pFQJ_6BAEtQ9MRg8OcyTTB1KxlXAYdSgACLcBGAs/s6600/motst.jpg

Niveau A2

1. C'est quoi l'armistice de 1918 ?


 

Un armistice est un accord conclu entre des pays ennemis pour arrêter des combats en attendant la signature d’un traité de paix. L’armistice du 11 novembre 1918 met fin aux combats en France et en Belgique. Il est signé entre l’Allemagne, le pays vaincu, et la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, les pays vainqueurs, appelés les Alliés. Le lundi 11 novembre 1918, à 11 heures, la bonne nouvelle se répand. Au front, comme à l’arrière, c’est la joie et le soulagement. C’est aussi le chagrin et le deuil, car dans toutes les familles, il y a eu des morts.

Mais pourquoi cet armistice donne-t-il un grand espoir de paix ?

Appelée Grande Guerre, la guerre de 1914-1918 marque un tournant dans l'histoire de l'humanité. Le bilan est lourd : 15 à 20 millions de morts. Jamais une guerre n'avait fait tant de victimes en si peu de temps. En hommage aux soldats, des milliers de monuments aux morts sont édifiés dans les villes et les villages. Après l'enfer vécu, cette guerre ne peut être que la « der des der ». Tous rêvent de paix durable. Le 28 juin 1919, après 8 mois de négociations, le traité de Versailles met fin à la Première Guerre mondiale. Ce traité de paix redessine la carte de l'Europe. L'Allemagne, désignée comme responsable, doit payer les dégâts causés par la guerre. La Société des Nations voit le jour pour veiller à la paix dans le monde. En 1946, elle deviendra l'ONU.

  2. Que s'est-il passé le 11 novembre 1918 ?



Le 11 novembre est un jour férié : il célèbre l’anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918. C’est un accord mettant fin aux combats de la 1re Guerre mondiale qui ont causé près de 10 millions de morts en 4 ans entre 1914 et 1918. Il a été signé entre le pays vaincu, l’Allemagne, et les Alliés, les pays vainqueurs, notamment la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Après une série de défaites militaires et l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917, les dirigeants allemands ont compris qu’ils avaient perdu. Tous les combats en Europe se sont donc arrêtés le 11 novembre avec cet armistice ?

Vidéo-quiz de C.O  avec cette vidéo


Le 11 novembre : jour de commémoration  (Niveau A2)


2. Dossier 

Le dossier du site 1 Jour 1 Actu consacré à la première guerre mondiale offre un webdocumentaire complet  qui montre les différentes étapes du conflit.



Niveau A2+ / B1

1.Que célèbre-t-on en France le 11 novembre?

Vidéo-quiz de C.O Niveau B1 ( Marisol Arbués)

2. Lisez et ouvrez les liens

L'armistice du 11 novembre 1918 marque la capitulation de l'Allemagne et la fin de la Première Guerre mondiale. Le 11 novembre est devenu un jour de mémoire, rendant hommage aux soldats.

Le 11 novembre 1920, la République rend pour la première fois un hommage à un soldat inconnu mort pendant la Grande Guerre, représentant anonyme de la foule héroïque des " Poilus "


Le cessez-le-feu est effectif à onze heures , entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 8 millions de morts, d'invalides et de mutilés

Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d'État-Major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.


3. Infogtaphie

Cliquez sur l'image pour mieux lire


https://4.bp.blogspot.com/-_wQLw4WG4LE/WuEO5374x-I/AAAAAAAAojA/M0ZDpfsTmkortF8AqELV3j0gXuu6wTaaQCLcBGAs/s1600/inar.jpg

4. Écoutez / regardez

L'armistice fût signée le 11 novembre 1918 dans un wagon dans la clairière de Rethonde dans la forêt de Compiègne. Découvrez l'histoire de cet épisode final de la grande guerre.



Niveau B1 / B2

Armistice  ( Le mot )



http://www.cndp.fr/voyage-avec-les-mots/les-mots-des-disciplines/serie/les-douze-mots-de-lhistoire/mot/armistice.html


Voyage avec les mots propose de découvrir le mot Armistice. L'explication et la découverte de ce mot sont basées sur la chronique d'Yvan Amar, "LES DOUZE MOTS DE L'HISTOIRE", de 2 min 03 s sur RFI. Elle est accompagnée d'une animation, de la transcription et d'une fiche pédagogique. Tous ces documents d'accompagnements ainsi que la chronique sont téléchargeables.

L'animation




Quand on pense au mot « armistice » on pense automatiquement au 11 novembre 1918. En effet, ce jour férié commémore l’Armistice qui met fin à la Première Guerre mondiale (1914-1918).
On a souvent tendance à confondre les sens précis des mots " armistice ", " trêve ", " cessez-le-feu " et " capitulation ".

Le mot Armistice est formé à partir de deux racines latines. Arma  d’abord qui signifie « les armes » et stare, un verbe qu’on peut interpréter dans le sens de « rester immobile » . Ainsi, l’armistice c’est l’arrêt des armes.

L’armistice possède un sens différent de "trêve " qui est un moment sans guerre, au milieu de celle-ci.

  " Cessez-le-feu ", lui est utilisé principalement par les journalistes et les militaires ; il a un sens moins solennel que l’armistice. Il est utilisé depuis 1945. Ce n’est pas un accord entre deux parties, mais une décision unilatérale de cesser les combats.

Enfin, la capitulation, est une décision de soumission d’une des deux parties en guerre. Le 8 mai 1945, lorsque les nazis reconnaissent la victoire totale des Alliés, on parle de capitulation.

 Quelques images

1.Tableau représentant la signature de l'armistice de 1918  dans le wagon-salon du Maréchal Foch



2, Fotographie prise après la signature de l'armistice à la sortie du "wagon de l'armistice" du train d'État Major du maréchal Ferdinand  Foch

 

L'Armistice de 1918 à la Une de la presse

"L'Armistice est signé! ", "L'Allemagne a capitulé ! "

Les mots sont les mêmes dans les différents journaux français pour annoncer au pays la délivrance après quatre années de souffrances.

Paris-Midi, parmi les journaux du matin, prend les devants et annonce la signature de l'armistice dans son édition datée du 11 novembre 1918. Il est précisé: «Quoi qu'il en soit, le dénouement ne fait aucun doute: les conditions de l'armistice seront acceptées [...] Ce n'est plus qu'une question d'heures»

Archives/Le Figaro



La Liberté, journal du soir, annonce la signature de l'armistice dans son édition du 11 novembre 1918: «La nouvelle, tombant du ciel, par les chemins d'où venaient naguère les bombes meurtrières, a éclaté sur Paris. C'est fini. Tout à l'heure, les canons vont se taire. La Mort a fini sa moisson.»

Archives/Le Figaro


L'Intransigeant du 11 novembre 1918 le clame: «La Paix est faite, puisque l'armistice est signé.» Déjà, le journal s'interroge sur l'avenir des usines de guerre qui devront se transformer pour produire des «fabrications de paix».

Archives/Le Figaro


Le journal économique L'Information le 12 novembre 1918 consacre sa première page à la révolution allemande et à la fuite du Kaiser. A propos de l'armistice, on peut lire: «A cette heure de détente et de joie, la France a le droit d'être fière. Elle ne fut pas seule à vaincre, elle n'eût point vaincu seule. [...] Mais c'est elle qui a le plus souffert dans sa chair vive, et elle n'a le droit ni d'oublier, ni de laisser oublier les ruines amoncelées chez elle.»

Archives/Le Figaro


La Une du Figaro du 12 novembre 1918 entonne la Marseillaise. Le rédacteur en chef Alfred Capus écrit: «Le carnage finit par l'éclatante victoire de nos armes et la défaite irrémediable de ceux qui l'avaient prémédité, organisé, voulu.»

Archives/Le Figaro


«Le vainqueur, le voilà!» peut-on lire en légende de la photo d'un poilu français publiée en une du journal Le Matin, le 12 novembre 1918.

Archives/Le Figaro



-------------------------------------------

Pour les enseignants

1. Parler du 11 novembre en cours de FLE

Ressource sur Enseigner TV5 Monde (Niveau B1)

Première Guerre mondiale :  commémorations
 
Le 11 novembre : jour de joie ou jour de deuil ?

 Imaginer des actions pour commémorer le 11 novembre.

2. Parler des dispsarus de la Première guerre mondiale en cours de FLE

Fiche pédagogique Enseigner TV5 Monde ( Niveau B1 )
 
Première guerre mondiale : le(s) soldat(s) inconnu(s) 

Ressources complémentaires

Webdocumentaire : Profils14-18

Un webdoc sur les rescapés de la Grande Guerre

Rencontres avec les derniers témoins de la Grande Guerre. Des témoignages vidéos inédits de combattants de toutes nationalités


Un webdoc sur les disparus  de la Grande Guerre



Toutes les fiches pédagogiques Histoire /Enseigner le français avec TV5Monde ( allez sur Première guerre mondiale )



::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Sources
http://1jour1actu.com/
http://fr.wikipedia.org/
C'est pas sorcier (You Tube)
 http://www.flevideo.com/
Un jour Une actu sur You Tube
http://www.cndp.fr
 http://enseigner.tv5monde.com/
http://www.lefigaro.fr/

Aucun commentaire: