22.11.14

"Gros con" contre les violences faites aux femmes


"Gros con" est un titre de l'album "Septième ciel" sorti en 2013 . Le groupe "Les Fatals Picards" s'engage contre les violences conjugales avec cette chanson .

Sur le clip, sobre et en noir et blanc, on voit des femmes tenant des pancartes où sont inscrites certaines paroles de la chanson et des statistiques sur les violences faites aux femmes en France où " 20% des homicides seraient dus à des violences conjugales"

Les Fatals Picards est un groupe français fondé en 1998, mêlant l'humour et l'engagement à divers genres musicaux, allant de la chanson française au punk, en passant par le reggae.

Paroles

Quand tes yeux ont croisé les siens
A la faveur d'un soir de juin
Ton cœur était un fleuve à sec
Et toi t’as craqué pour ce mec

Qu’a les d’oreilles plus décollées
Qu’une collection d’vieux papiers peints
La gueule d’un pote à George Clooney
Le genre beau gosse mais vu de loin

Du coup t’es tombée amoureuse
Puis t’es tombée aussi enceinte
Avant même de tomber heureuse
Tes espérances étaient défuntes

Il est comme ça gros con
Un brin paumé légèrement aviné
Et quand il rentre gros con
Lui il peut toujours t’assurer
Que celle-là tu l’as pas volée

Des paires de gifles en rafales
C’est pour le cumul des mandales
S’il t’aime c’est autant pour ton cul
Que pour vos hématomes crochus

Tu as beau mentir à tes copines
Leur faire le coup de l’escalier
Tes bleus au cœur les turlupinent
Vu que tu habites au rez-de-chaussée

Elles voudraient te voir porter plainte
Mais gros con , tu l’as dans la peau
Et toi d’manger portes et plinthes
Tout en ravalant tes sanglots

Il est comme ça gros con
Un brin paumé légèrement aviné
Et quand il rentre gros con
Lui, il peut toujours t'assurer
Que celle-là tu l'as pas volée

J'aimerais te voir mettre les voiles
Que tu te fendes d'une carte-postale
De Palavas avec écrit :
Je suis heureuse et presque en vie

Mon cœur n’est plus un fleuve à sec
Et j’ai même craqué pour un mec
Qui ne me frappe que par l’amour
Qu’il a pour moi depuis le jour

Où, j’ai quitté gros con
Un brin paumé et toujours aviné
Et quand je pense au fond à sa vie
Moi , je peux t'assurer
Que celle-là , il l'a pas volée

Aucun commentaire: